banniere grand cafe banniere grand cafe banniere grand cafe banniere grand cafe
Histoire

Au commencement, le Grand Café est né de l’esprit de son architecte, Antonin Durand, un enfant du pays qui fût l’un des élèves d’Honoré Daumet à l’Ecole des Beaux-Arts de Paris. A son actif, on peut citer de nombreux bâtiments privés ou publics à Paris ou en province et sa carrière sera couronnée de nombreux prix dont un Grand Prix à l’Exposition Internationale de Saint-Louis aux Etats-Unis en 1904.
Antonin Durand choisît d’ériger ce café pour sa sœur, Justinette, épouse Joucla. Il s’inspire des établissements de la capitale, hauts-lieux culturels et bourgeois de l’époque. Ce café s’est ensuite transmis de génération en génération dans la famille Joucla.


Situé au cœur du village, près d’une jolie fontaine, le Grand Café était le lieu de rendez-vous des mineurs qui venaient jouer aux cartes. Les mémorables conseils de révision et ses conscrits, la fête des « cocus » donnaient lieu à une sorte de défoulement. Aujourd’hui, les murs gardent aussi en mémoire toutes ces périodes fastes du pays minier avec ses fêtes estivales qui duraient plusieurs jours.


Après la fermeture du bassin minier et le départ des mineurs il était indispensable de donner un nouveau souffle au café. Une démarche de labellisation a été entreprise avec succès. Il fallait aussi le rendre plus accueillant et confortable. Aussi, grâce à la participation de l’Europe, de la Région et du Département, des travaux de réhabilitation « financièrement lourds » ont été engagés.
Tous ces efforts, largement relayés par une médiatisation importante –tant dans la presse que dans les guides touristiques- ont conduit à augmenter la fréquentation du café, ce qui lui permet aujourd’hui de se projeter dans une nouvelle aventure.